Pages

mercredi, décembre 07, 2011

Blondin a fost condamnat!

Ca sa nu mai avem discutii, judecatorul de la Tribunalul corectional din Briey s-a pronuntat ieri: la puscarie! Marele "conferentiar, "expert", "recrutor", "sofrolog", "presedinte", "formator", etc., etc. a fost condamnat pentru escrocheria de la CPAM la pedeapsa cu inchisoarea: 3 ani, dintre care 2 cu suspendare, obligatia de a rambursa banii ciorditi si interdictia de a mai administra vreo firma timp de 5 ani. Plus 3 ani de supraveghere, adica daca recidiveaza, inapoi la inchisoare pentru a executa si cei doi ani care, deocamdata, sunt cu suspendare. Elena nu a scapat nici ea basma curata, a primit un an, dar cu suspendare avand in vedere ca e mama de 4 copii, cu conditia sa nu recidiveze, bineinteles. 
Cum era de asteptat, "inocentul" a facut apel fata de decizia juratilor si a judecatorului, dar se risca mult deoarece urmatorul judecator se poate sa aprecieze ca are cam mult tupeu si sa fie si mai aspru. Apelul se va judeca pe 9 februarie, zi in care, daca judecatorul mentine condamnarea, i se vor pune catusele direct in sala de judecata. Ceea ce sunt convinsa ca se va si intampla deoarece suma escrocata este prea mare, iar statul francez nu o sa ii faca cadou jumate de milion de euro. Cat priveste obligatia de a rambursa suma fraudata, Blondin nu o s-o faca deoarece nu cred ca mai are acesti bani dupa atatia ani, si mai cred ca e posibil sa fi transferat o parte din ei in vreo banca din Romania. Potrivit legii franceze, daca nu ramburseaza, pedeapsa creste.
Altfel spus: adio CEFC, adio Blondin! In sfarsit, pot sa spun acest lucru!
Dar, stiu ca cele doua luni care urmeaza, pana va fi inchis, vor fi un cosmar, o sa latre ca un caine turbat, o sa intoxice internetul din minut in minut ca sa demonstreze ca el este o mare personalitate, salvatorul Frantei si o sa caute sa faca maximum de publicitate la CEFC, desi aceasta firma este ca si moarta deja, prin decizia Tribunalului. Si mai cred ca, fiind prea las ca sa accepte pedeapsa, s-ar putea s-o taie din tara, sa fuga, ca sa scape de inchisoare.
In fine, va las sa cititi stirea si o sa va tin la curent cu evenimentele care se vor produce pe 9 februarie, mai ales ca tot in februarie 2012 va incepe judecarea unui alt dosar in care am fost si eu audiata ca martor deja la inceputul anului 2011. Si, in afara de acesta, mai exista cateva plangeri penale formulate de spitale si vreo doua de la mine. Deci, viitorul suna bine!

570 000 € détournés : du ferme et du sursis

NOTEZ CET ARTICLE

  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer
  • Envoyer
Trois ans de prison dont deux avec sursis mise à l’épreuve de trois ans pour le mari, un an avec sursis simple pour sa femme. Tous deux écopent, en outre, d’une interdiction de gérer une société ou un commerce pendant cinq ans. Ils devront également indemniser les victimes.
La condamnation prononcée récemment par le tribunal correctionnel de Briey est à la hauteur des délits pour lesquels le couple était jugé le 18 octobre dernier. Il était reproché aux époux Blondin d’avoir détourné plus de 570 000 € au détriment de plusieurs CPAM de la région et des anciennes Assedic de Metz (lire RL du 19/10). Le tout de 2000 à 2005. Sylvain Blondin, 49 ans, était poursuivi pour avoir déclaré deux faux accidents du travail puis un faux licenciement, alors qu’il était directeur d’une entreprise du BTP gérée par sa moitié, afin de toucher les indemnités maladie et chômage. Son épouse avait fait de même : elle affirmait avoir été victime d’une chute de cheval pendant ses heures de travail au sein d’une association. Mais elle n’y avait jamais occupé un emploi salarié…

Le couple fait appel

Devant le tribunal, Elena, 35 ans, avait reconnu sa responsabilité tandis que son mari n’avait avoué que partiellement ses torts. Le couple était propriétaire notamment d’un terrain, d’une grange et d’un petit avion.
Le procès sur intérêts civils a été renvoyé au 9 février 2012. C’est ce jour-là que les prévenus reconnus coupables connaîtront le montant des sommes à rembourser. Mais le couple a d’ores et déjà fait savoir qu’il a fait appel du jugement.
G. I. 
UPDATE: Ziarul Est Républicain povesteste in numarul de azi, toate detaliile acestei escrocherii. Este foarte interesant de citit deoarece aflam elemente esentiale din trecutul lui Sylvain Blondin si anume ca experienta in recrutari "de peste 30 de ani" cu care se lauda este, de altfel cum stiam deja, o minciuna sfruntata. Din articol aflam ca in anul 2005 firma de recutari inca nu exista, el ocupandu-se la acea vreme, impreuna cu Elena, de alte acareturi, respectiv cu diverse fraude in urma carora nici nu au mai avut dreptul de a administra firme. In plus, mai aflam ca in anul 2005, Sylvain a stat "la racoare" din iunie pana in noiembrie, deci puscarie nu ii este necunoscuta. Si totusi au avut tupeul sa reinceapa... Iata povestea "expertului in resurse umane", "chirurgului" asa cum este relatata de ziarist:

07.12.11 à 05h15

Escroquerie aux allocations chômage et indemnités jounalières Plus de 570.000 euros détournés



Photo d'illustration


Verdun. Tout commence le 8 juin 2005, quand la caisse primaire d’assurance-maladie de Longwy dépose plainte auprès du procureur de Briey à l’encontre de Sylvain et Elena Blondin, un couple demeurant à Pareid, en Meuse. La CPAM a en effet constaté que ces deux-là ont cumulé des allocations de chômage et des indemnités journalières versées par différentes caisses de la région Lorraine.
La même plainte est déposée le 9 juin 2005, cette fois par le directeur des anciennes Assedic de Lorraine. Puis, plus tard par les CPAM de Metz et Thionville ! Au final, l’escroquerie s’élève à environ 570.000 €. Au regard de la somme, l’enquête est confiée à la division financière du SRPJ de Nancy. Le 13 juin 2005, le couple est interpellé. Lui est placé en détention provisoire, jusqu’au 7 novembre, elle, âgée de 35 ans, maman de trois enfants, bénéficie alors d’un contrôle judiciaire.
Le 18 octobre dernier, après sept années d’instruction, le couple était jugé par le tribunal correctionnel de Briey, pour une escroquerie qui a duré de 2000 à 2005.
Sylvain Blondin était à l’époque directeur technique d’une entreprise de BTP, gérée par son épouse. Lui-même ayant déjà été condamné quelques années plus tôt pour abus de confiance, il avait été interdit de gérer une entreprise.
En tant que salarié, donc, il avait déclaré deux faux arrêts de travail et un faux licenciement, touchant des sommes au prorata de son salaire mensuel : à savoir 4.000 €. L’enquête devait démontrer que cette somme correspondait à plus de la moitié du chiffre d’affaires de la société…

TOUJOURS GÉRANTS D’UN ORGANISME

Indemnisé par trois caisses d’assurance maladie différentes, de 2001 à 2005, le Meusien assure qu’il a confondu son adresse personnelle et celle du siège social de la société…
Son épouse a elle aussi déclaré un faux arrêt de travail. Lors de son procès, le couple s’est défendu. L’épouse expliquant qu’elle ne savait rien des agissements de son mari au sein de sa société. Sylvain Blondin, lui, a assuré ne pas avoir voulu s’enrichir sur le dos des CPAM mais juste avoir cherché à s’en sortir financièrement.
À son domicile, une perquisition avait cependant permis de découvrir un petit avion, ainsi que plusieurs véhicules.
Au final, Sylvain Blondin a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis et mise à l’épreuve pendant trois ans avec l’interdiction de gérer une société. Son épouse, sans casier, a écopé d’un an de prison avec sursis : elle-même est interdite de gestion…
Jusqu’à présent, le couple était pourtant à la tête d’un organisme de formation à destination de médecins étrangers, créé en 2005. Elle comme gérante, lui en tant que salarié. Ils assurent qu’ils travaillaient dans les règles. Jusqu’à ce que tombe cette condamnation à une interdiction de gestion…
Emilie FIEROBE
emilie.fierobe @estrepublicain.fr

2 commentaires:

  1. Bravo Lili. Cred ca si lupta dusa de tine pe acest blog a avut un rol important. De fapt, tot ce ai facut tu cu Blondin reprezinta un imbold pentru mine in cazul Iordache.
    Felicitari!

    RépondreSupprimer
  2. Pana la urma, se face si dreptate. Merci, George!

    RépondreSupprimer

Comentariile nu apar automat, sunt moderate. NU RASPUND LA COMENTARII CARE CONTIN INTREBARI/SITUATII LA CARE S-A RASPUNS/EXPLICAT DEJA PE BLOG.