Pages

mercredi, juillet 10, 2013

Medic roman in Franta (53)

Si medicii francezi au bloguri. Fiindca pana acum am expus pe Creanga numai ideile mele, am ocazia in seara asta sa fac un pic de diversiune aratandu-va ceea ce scrie un medic francez, o doctorita, pe blogul ei, gazduit de Rue 89. Doc Arnica a scris acum 3 zile un articol care va confirma ceea ce va spuneam eu despre competentele cerute medicului generalist in Franta. Va este clar ca nu o cunosc, nu ne-am vorbit, am descoperit postarea ei din pura intamplare, dar mi-a mers la inima, parca i-am dictat-o eu. Cu o minima baza de franceza, veti intelege despre ce vorbeste, fie ca sunteti medici, fie ca sunteti pacienti/paciente.
Voi evidentia in rosu cateva fraze cheie din acest articol astfel incat mesajul sa fie mai puternic si, sper, cat mai util. Cine nu m-a crezut pana acum, o sa inteleaga, poate, de acum incolo.

Pour la gynécologie chez le médecin généraliste


Solutions de contraception (Photo Gruntzooki / FlickR / CC)

J’ai refait une formation de gynécologie pratique, pour réaliser dans mon cabinet des frottis ou des poses d’implants intra-utérins normalement réalisés chez le gynécologue. Au vu des difficultés d’accès aux spécialistes, et de la relation de proximité qui existe entre un généraliste et ses patients, c’est un apport appréciable, à la fois pour mes patientes et pour moi.


Marina a 18 ans , je la connais depuis toute petite . Elle a un chéri comme elle dit, depuis quelques temps. Elle vient me voir pour sa pilule qu’elle prend depuis plusieurs mois. Mais surtout elle me dit avoir du mal à la prendre , elle oublie de temps en temps. Elle me dit « je flippe quand j’oublie ».

Prendre la pilule n’est pas si simple quand on y pense… Et beaucoup d’IVG ne tiennent pas à un défaut de contraception, mais à un oubli pur et simple d’un comprimé, voire au fait de débuter sa plaquette un jour en retard.

Entre parenthèses, je viens de lire qu’une femme qui prendrait la pilule comme seule contraception dans sa vie, ne devra pas l’oublier 10 000 fois ! (ref @10lunes, sage-femme)

Je prends un peu de temps pour lui proposer une autre contraception, et nous tombons d’accord pour la pose d’un implant contraceptif la semaine prochaine.

Son gynécologue refuse de lui retirer son implant


Julie a 25 ans, elle vient me voir avec son compagnon pour une acné sévère et m’explique que son gynécologue lui a posé un implant contraceptif, il y a plus de 6 mois, en plus elle a des saignements tous les jours qui la gênent beaucoup. Elle a demandé à son gynécologue de lui enlever son implant et a essuyé un refus (sic).

Son acné a débuté après la pose de l’implant ainsi que les saignements. Il s’agit d’effets secondaires possibles, mais pas très fréquents, de ce mode de contraception par progestatif seul. Nous parlons un peu et convenons de lui enlever cet implant pour lui proposer un stérilet au cuivre. L’idée lui plait bien, mais elle préfère finalement revenir un moment à la pilule classique.

Nous prenons un rendez-vous pour lui enlever cet implant avec une anesthésie par patch. Son compagnon reviendra avec elle pour ce rendez-vous, un vrai chéri-poule.

« Est-ce que le stérilet rend stérile ? »


Sophie 28 ans ne veut plus d’hormone comme contraceptif, elle se plaint d’une baisse de libido, de gonflement des chevilles et des doigts . Pour elle, un DIU (dispositif intra-utérin) semble être un bon choix. Elle me demande : peut-on devenir stérile ? Il faut dire qu’ avec son nom commun : « stérilet » il y a malentendu possible !

Elle me dit aussi qu’on lui a dit que la pose d’un DIU n’était pas possible quand on a pas eu d’enfant.

Je lui explique que c’est tout à fait possible, avec un DIU plus petit (short dans les appellations) et que la pose est un peu plus délicate que chez la dame qui a déjà eu des enfants. Elle veut y réfléchir et viendra finalement 2 mois plus tard pour que je lui pose un DIU.

Élodie, 22 ans prend une pilule de 3e génération et fume beaucoup. La polémique sur ces pilules lui fait peur, et elle ne veut plus la prendre. Elle ne veut plus trop de pilule non plus. Elle a le choix encore entre l’implant hormonal et de DIU avec ou sans hormone. Son choix sera celui d’un DIU au cuivre. Elle me recontactera lors de ses prochaines règles pour que je lui pose à ce moment là . En attendant, elle prendra encore un peu sa pilule de 3° génération.

Des infections à la contraception


Je ne faisais jusqu’à présent à mon cabinet que des consultations de gynécologie « infectieuse », c’est à dire traiter les IST (infections sexuellement transmissibles), les mycoses ou autres… Le délai pour voir un gynécologue étant tel que l’infection ne pouvait attendre.

Il y a quelques mois, j’ai refait une formation de gynécologie pratique ayant ressenti le besoin chez certaines de mes patientes d’avoir un accès autre que l’hôpital ou que le gynécologue en privé pour réaliser frottis de dépistage ou pose de stérilet ou d’implant contraceptif.

De plus, en prescrivant une contraception j’avais très souvent une absence de frottis chez certaines patientes, étudiantes ou non, ne connaissant pas de gynécologue ici, ou peu enclines à prendre un rendez-vous chez un gynécologue pour des raisons souvent budgétaires.

Ce constat étant fait, j’ai eu envie de proposer de faire l’examen manquant à mes patientes.

Une formation et on résout le problème d’accès aux soins


La formation a été très intéressante et très pratique, voire ludique et j’ai beaucoup apprécié l’échange avec le gynécologue formateur, mais aussi avec les confrères et consœurs qui la faisaient avec moi. Le côté théorique était associé à un côté pratique très plaisant.

Cette formation comprenait la pose et le retrait d’implant , la pose et le retrait de DIU, la réalisation de frottis de dépistage.

Ce type de formation s’appelle DPC : Développement Professionnel Continu, et il devient obligatoire pour les médecins au 1er juillet.

La plupart de ces actes de gynécologie sont réalisés en France par des médecins généralistes, les gynécologues étant absents le plus souvent des campagnes. Mais la sélection par le concours de l’internat étant sévère, il n’y a plus assez de gynécologues qui s’installent en libéral, et cela même en ville. La spécialité est devenue chirurgicale et les débouchés de carrière mènent ces spécialistes plutôt vers une pratique hospitalière.

Finalement je suis très heureuse d’avoir fait cette démarche de formation, et j’aime beaucoup cette prise en charge globale de la contraception et du suivi gynécologique de certaines de mes patientes. Cela me permet aussi d’avoir une pratique plus diversifiée de la médecine qui me plait particulièrement. Mon but n’est évidemment pas de me substituer aux gynécologues qui travaillent autour de moi, je n’en ai ni la prétention, ni le temps, mais en fait il faut l’avouer : j’adore !

Va adaug la final si un comentariu la acest articol, scris de o alta doctorita generalista, care spune:

"En temps que patiente, j’ai eu recours à un gynécologue pour la première fois au cours de ma première grossesse, j’avais jusque là toujours consulté mon médecin traitant pour ma contraception.
En temps que médecin généraliste, je pratique ces actes de gynécologie depuis mon installation.
Il est parfois très difficile pour les patientes de réunir tous les paramètres pour bénéficier d’une consultation chez un gynécologue: pas toujours évident d’anticiper plus de quatre mois à l’avance un créneau sans aucune contrainte ni familiale ni professionnelle. Quelle est alors la solution pour les femmes qui, dans cet intervalle, n’ont pas ou plus de contraception? De plus, nombreux sont les gynécologues, comme les pédiatres, qui adressent leurs patients dans l’urgence… vers le médecin traitant.
En proposant de faire des frottis avec un délai d’attente de deux ou trois jours, je permets à beaucoup de patientes de bénéficier de ce dépistage.
En revanche, je dois souvent amener les femmes à comprendre que la prescription d’une contraception est un motif qui mérite à lui seul une consultation, pour pouvoir prendre le temps de leur expliquer les tenants et les aboutissants de leur choix contraceptif, et répondre à leurs questions. Je leur délivre ensuite une ordonnance pour un an. J’entends encore trop souvent des demandes pour « me marquer la pilule » en fin d’une consultation pour un autre motif. Cette demande a un aspect pratique, mais ne laisse pas la latitude de la prévention ni de l’information. Nous, généralistes, ne sommes pas des recopieurs d’ordonnance…"


Ce as mai avea sa va spun este ca eu am facut la Brest, la Facultatea de Medicina, o Diploma Universitara (DU) de Suivi Gynécologique de Prévention, Sexualité et Régulation des Naissances, exact in sensul celor descrise mai sus. Colegii generalisti care sunt deja in Franta sau care au de gand sa vina, trebuie sa stie ca se pot inscrie la acest DU, insa lista de asteptare e deja foarte lunga, locurile (42 pe an) fiind ocupate pana in 2015, deci trebuie sa se grabeasca. Insa, si alte universitati de medicina din Franta fac cursuri similare, trebuie doar sa cautati cea mai apropiata facultate in zona care sunteti/veniti si sa va informati pe site-ul acesteia referitor la DU-urile pe care le asigura. Cursurile sunt contra-cost, insa isi merita toti banii. In plus, medicii angajati in spitale beneficiaza de DIF (Droit Individuel à la Formation) ceea ce inseamna ca spitalul le va suporta toate cheltuielile pricinuite de un DU, DIU sau o Capacitate. Pentru liberali, se deduce din impozit, la capitolul cheltuieli profesionale. 
Si-apoi, cum spune Doc Arnica, de anul acesta formarea profesionala continua devine obligatorie in Franta pentru toti medicii. Asa ca, ar cam trebui sa ne punem toti cu burta pe carte. In franceza.

4 commentaires:

  1. Si in Romania este ,,Formare profesionala continua". Printre care si primariatul, menit sa umfle in fiecare an, sau chiar de doua ori pe an, buzunarele membrilor comisiilor de examinare de la aceste examen de primariat.
    Primariatul, in Romania, este ca o ,,taxa de protectie" perceputa sub masca unui examen care i-ar face mai destepti pe medicii romani. In fiecare an, mii de medici romani platesc taxa de examinare pentru a deveni medici primari; adica ei cotizeaza considerabil in buzunarele examinatorilor de la acest ,,examen".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonim: Da, asa este. In Franta, insa, astfel de grade profesionale nu exista, iar cei care vin din Romania spunand "sunt medic primar" trebuie sa stie ca acest lucru nu are absolut nicio importanta aici. Nici macar nu intelege cineva ce inseamna "medic primar".
      Cat despre formarea profesionala, la mine s-a intamplat in felul urmator: m-am inscris la Facultatea din Brest, la diploma pe care mi-am ales-o eu (tema care ma interesa), facultatea mi-a trimis contractul de studii pe care l-am dus la directorul spitalului pentru aprobare, iar directorul a semnat fara sa imi puna nici cea mai mica intrebare. In baza DIF, aici nu se discuta cand un angajat vrea sa invete. Cursurile au durat un an, in sensul: 3 zile de formare la fiecare doua luni. Spitalul mi-a decontat tot: hotel, masa, benzina, parcare, pentru fiecare deplasare, plus costul propriu-zis al studiilor: 1500 de euro.
      Pentru medicii liberali, cum am zis, toate aceste costuri se scad din impozit.
      In concluzie, nu am scos nicio centima din buzunarul meu, statul a platit (spitalul), statul a incasat (Facultatea din Brest), nu examinatorii. Profesorul o fi avut o recompensa la salariu din partea facultatii, nu zic, fiind o activitate in plus pentru el, dar examenul nu are cum sa fie corupt in aceste conditii.

      Supprimer
  2. Nu m-am mai gandit acum si la examen corupt (excudem aceasta situatie, pentru ca noi romanii-medici nu suntem coruptibili cand este vorba sa obtinem recunoasteri) pentru ca este suficient sa vezi, in cazul primariatului din Romania, cate venituri aduce in buzunarele examinatorilor chiar si numai taxa legala, platita cu chitanta, ca sa poti fi examinat.

    RépondreSupprimer
  3. buna seara!
    Ma numesc Alexandra sunt medic rezident cardiolog si de curand am inceput sa aplic pentru stagiu in Franta. Am procedat si eu ca toata lumea, si am trimis o multime de email-uri, iar de curand am primit un raspuns, in care mi se spune ca nu exista post "ffi", ci "des" sau "dfsm"...ma poate cineva lamuri cu privire la ce presupun acestea? multumesc. Daca ma poate ajuta cineva, adresa mea de email este "andra_mailro@yahoo.com"
    Multumesc inca o data

    RépondreSupprimer

Comentariile nu apar automat, sunt moderate. NU RASPUND LA COMENTARII CARE CONTIN INTREBARI/SITUATII LA CARE S-A RASPUNS/EXPLICAT DEJA PE BLOG.