Pages

jeudi, mars 20, 2014

Simona, iarta-i ca nu stiu ce fac...

Bineinteles, presa romaneasca se simte obligata sa plece din nou in vrie in cazul Simonei, medicul anestezist care s-a sinucis la Chateauroux. Imediat ce au aflat de acest caz, jurnalistii romani au inceput sa scormone dupa senzational. Si uite asa, à priori bazata pe declaratiile familiei, a aparut concluzia ca Simona nu s-a sinucis, ci a murit de epuizare. Spune asta inclusiv un procuror, ruda a victimei, un procuror român, atentie!, care nu are jurisdictie in Franta.
Am stat si m-am gandit daca e cazul sa ma bag in mocirla sau nu, dar cred ca din respect pentru Simona, ar fi cazul sa punem lucrurile la punct. Citez:

"Simona Zahan părea o femeie împlinită. Avea un soț care o iubea, un copil minunat și își găsise în job bine plătit la un spital din Franța. Din păcate, puțini au știut că în spatele unui salariu bun se afla o adevărată dramă.

Familia medicului anestezist are o altă variantă asupra morții femeii. În timp ce presa franceză susține varianta sinuciderii, rudele Simonei au cu totul și cu totul altă părere. Oamenii spun că doctorița a pierit din cauza epuizării.
Presa franceză a ascultat doar părerile colegilor Simonei și au redat și cuvintele Ministrului Muncii din Franța, fără a asculta și declarațiile rudelor femeii.
Pe de-o parte, Ministrul Muncii susține că femeia s-a sinucis pentru că nu mai suporta dorul de casă, dorul de România.
Pe de altă parte, colegii ei se plâng că sunt nevoiţi să lucreze foarte multe ore pe săptămână, în detrimentul familiei, relatează presa franceză.
"Ministrul ştie că ea tocmai terminase o săptămână de 78 de ore de muncă? Ştie că ne lipseau, înainte de această dramă, doi anestezişti? Ştie că suntem cu toţii extenuaţi? Exercităm o profesie dificilă şi exigentă. Simona era o profesionistă excelentă. Se dedica muncii, în detrimentul soţului şi fiului ei de şase ani", au adăugat colegii româncei pentru ediţia online La Nouvelle République.
Familia Simonei Zahan este, însă, revoltată pe susţinerea presei franceze asupra morţii acesteia. Mama şi sora medicului, care este procuror la un parchet din Bucuresti, spun că Simona a murit de epuizare şi că documentele medicale nu susţin varianta sinuciderii. Mai mult, familia doreşte să dea în judecată presa franceză care a răspândit varianta sinuciderii, notează Jurnalul."

Mai intai, dragi ziaristi de la Jurnalul, ministrul de care vorbiti, Marisol TOURAINE, nu este ministrul Muncii, ci ministrul Sanatatii. Asta, ca sa fie clar de la inceput.
Apoi, presa franceza pe care familia Simonei pare ca vrea sa o dea in judecata, nu a facut decat sa citeze declaratiile colegilor sai de la spital, respectiv cei care au descoperit corpul. Treaba asta merita putina atentie: cei care au descoperit-o pe Simona sunt anestezisti-reanimatori, deci profesionisti. Ce face orice medic cand gaseste o persoana inconstienta? Verifica semnele vitale in urgenta, incearca sa reanimeze victima si sa stabileasca cat mai rapid cauzele starii de inconstienta. Va imaginati ca niste reanimatori cu experienta ca cei din acest mare spital francez, ar fi fost incapabili sa inteleaga ce s-a intamplat? Oamenii astia au spus chiar ca Simona s-a sinucis administrandu-si medicamente utilizate in anestezie, intravenos. Pai, aflati daca nu stiti, dragi ziaristi: acest tip de medicamente adorm o persoana in maxim 30 de secunde. Cei care au avut ocazia sa fie operati macar o data in viata lor, isi vor aminti ca anestezistul le-a cerut sa numere invers de la 10... si ca pe la 6-7 li s-a rupt filmul. Asta ce inseamna in cazul Simonei? Ca cei care au gasit corpul, au gasit cu siguranta alaturi de ea seringa si flacoanele pe care le-a folosit si pe care nu a mai putut sa le disimuleze in cateva secunde. Altfel nu si-ar fi permis sa afirme ceea ce au afirmat. Va atrag atentia ca in Franta, ca medici, nu ne jucam cu vorbele fiindca aici tot ce facem, scriem, spunem in legatura cu un pacient este medico-legal.
Vorbind de medico-legal, ajungem la certificatul de deces despre care, se pare, familia afirma ca nu vorbeste despre suicid. Ca medic care am semnat sute de certificate de deces in Franta, va aduc la cunostinta urmatoarele: in afara de medicul care completeaza certificatul de deces, NIMENI nu poate sa citeasca continutul acestuia pentru simplul motiv ca acest document este SIGILAT cand este inmanat familiei. Singura parte vizibila este cea de sus unde apar: data, departamentul, numele defunctului, data sa de nastere, domiciliul, data decesului. Iata:


Va rog sa observati ca are doua parti: partea de sus de care va vorbeam si partea de jos care poarta titlul: A REMPLIR ET CLORE PAR LE MEDECIN adica: a se completa si sigila de catre medic. Aceasta parte vorbeste despre CAUSES DU DECES, dupa cum se poate vedea. Deci, eu, de exemplu, ca medic care constat decesul, completez, iar partea cu cauzele o sigilez (se pliaza si se lipeste), abia dupa aceea dau certificatul la familie care il duce la Primaria de domiciliu pentru a inregistra decesul. Primaria detaseaza partea de sus, cea nesigilata, "publica" ca sa ii zicem asa, iar restul, partea secreta, pleaca la centrul national de statistici. NIMENI nu are dreptul sa dezlipeasca si sa citeasca la interior fiindca este SECRET MEDICAL care persista si dupa moartea pacientului si a carui incalcare este fapta penala.
In alta ordine de idei, pe certificatele de deces nu se scrie niciodata cuvantul "suicid", ci, de exemplu: arrêt cardiaque par intoxication médicamenteuse sau asphixie mécanique par pendaison, in functie de constatarile medicului.
Sunt uimita, prin urmare, sa constat ca un procuror in Romania, la 3000 km distanta, poate avea cunostinta de continutul unui document secret in Franta. Daca cineva are dubii asupra cauzei mortii, un singur lucru este de facut, in Franta, nu in Romania: cerere de autopsie depusa la Procurorul Republicii. Altfel, discutam discutii. Si, pana la urma, daca Simona s-a sinucis, cui si de ce ii este rusine cu acest lucru?!
Si sa mai stie presa din România ca aici suntem toti alaturi de Simona, mai multe declaratii oficiale au fost publicate, dintre care va redau una: cea a UFML, uniune din care si eu fac parte, semnata de Presedintele acesteia, Dr. Jerôme MARTY, declaratie cu care inchei si va cer sa o lasati pe Simona sa se odihneasca in pace. 

Réponse de l'UFML à la déclaration de Marisol Touraine relative au décès de notre consœur de Châteauroux.
Encore un exemple , et celui ci est dramatique, de la méconnaissance de notre ministre vis à vis de notre profession. Une méconnaissance si grande, que la simplification grossière , vulgaire même traduit la seule pensée. Nous savons tous les difficultés morales et psychiques de nos professions. En ville à l hôpital , dans le secteur privé ou public... Nous savons la déstructuration des équipes et les conséquences des choix politiques de femmes et d hommes qui, comme Marisol Touraine portent et je pèse mes mots, l entière responsabilité de la dégradation de nos professions qui trop souvent débouche sur des drames. Réveillons nous n acceptons plus de telle déclarations . Quand un médecin choisi d en finir c'est un drame, et ce que nous attendons c'est le soutien de notre ministre , puis l intégration de l urgence à trouver une autre politique que celle qui fomente les drames. Pas des explications douteuses
Madame la ministre,
Ce que nous attendons madame et cela, depuis votre prise de fonction , c'est une ministre à nos cotés, et quand j'écris cela , je parle de la profession dans son ensemble. Je parle des médecins de villes , d'établissements privés ou publics, quelles que soient leurs fonctions , leurs secteurs, leur appartenance.
Nous attendons ou devrai je dire nous attendions , une ministre avec empathie, respect , reconnaissance et connaissance, en sommes une ministre digne de la fonction. Digne de la fonction, madame vous ne l'êtes pas, et vous ne l'êtes pas depuis le premier jour.
Vous avez renié vos promesses en maintenant les franchises alors que parallèlement vous parliez d'inégalité d'accès aux soins. Vous avez insulté la profession dont vous avez la charge, et cela à plusieurs reprises, en parôles :"les généralistes ne travaillent pas tous" "leurs tarifs sont dans la moyenne Européenne" et en actes, par les choix délibérés d'une politique clientéliste, qui, sous couvert d'amélioration d'accès aux soin favorise la finance et prépare la destruction de notre système solidaire. Mais plus que tout madame, vous avez, et cela à plusieurs reprises, montré combien la profession médicale vous était éloignée, combien même, sans doute peut on le penser , vous la meprisez.
Avec un taux de suicides de 2.48 fois la moyenne nationale, la profession médicale fait figure d'exception noire vous ne dites rien. Les médecins sont frappés chaque année plus durement par le burn out , vous ne dite rien. Les équipes médicales et paramédicales s'épuisent dans nos structures hospitalière à force de déstructuration, vous ne dite rien. Les médecins ne s'installent plus devant le manque réel d'attractivité après des années de choix politiques délétères, vous ne dites rien. La sécurité sociale se désengage du remboursement de spécialités entières , vous ne dite rien....
Vous ne dites rien , ou , vous mentez... Vous mentez par l'application de solution aussi éloignées de la réalité des problèmes que votre intérêt pour nôtre profession. PTMG alors même que les zones en voies de désertifications se multiplient partout , dans le plus grand silence et que le mur de la honte d'une France sous pénurie médicale nous fait face. Vous mentez quand , la main sur le cœur vous parlez d'améliorer l'accès au soin et que vous livrez la profession dont vous avez la charge à l'appétit cupide des financiers, des lors organisateurs du soin. Vous mentez dans vos actes politiques et dans vos déclarations. Et, vous avez atteint, avec cette dernière phrase relative au décès de notre consœur, le sommet du mépris.
Vous ne connaissiez pas notre consoeur, vous ne connaissiez pas ses confrères, vous ne connaissiez pas son engagement professionnel, vous ne connaissiez pas sa vie. Vous auriez pu vous renseigner, appeler ses partenaires , avoir un mot de soutien, un mot simple après un temps d'écoute, vous auriez pu l'espace d'un instant être digne de la fonction ...
Cela n'a pas été le cas, vos mots ont blessé ses partenaires , et meurtri les médecins. A l'heure ou vous avez su trouver les mots pour les salariés d'Orange vous n'avez su parler pour les médecins de Châteauroux et au delà pour les médecins de France.
Des excuses , oui bien sur , nous les demandons, pour le reste nous vous laissons à votre conscience, le remaniement n'est pas loin ...
UFML

mercredi, mars 19, 2014

Medic roman in Franta (63)

Vesti proaste de pe frontul de Vest. O colega, anestezist, la spitalul din Chateauroux, s-a sinucis. Ma simt datoare sa public si acest trist eveniment fiindca face parte, incepand de azi, din viata medicului roman in Franta. 
Nu am cunoscut-o pe Simona, inteleg ca muncea la Chateauroux de 3 ani, ca a fost un medic competent care ne-a facut onoare si ca are un baietel de 7 ani care a ramas fara mama.
Imi pare rau, imi pare atat de rau... Va rog, dragi colegi, sa o pastrati in amintire, chiar daca nu ati cunoscut-o, fiindca lupta pe care a dus-o nu a fost usoara si cred ca noi toti cei care suntem aici stim despre ce e vorba.
Dumnezeu s-o ierte si sa se odihneasca in pace. Adio, Simona!

Une anesthésiste se suicide à l’hôpital de Châteauroux, la pénurie médicale en question

 18/03/2014
  Imprimer  Envoyer par email
 
Un anesthésiste-réanimateurs’est donné la mort par voie médicamenteuse dimanche, à l’hôpital de Châteauroux(Indre). Prénommée Simona, la jeune femme, d’origine roumaine, était en poste depuis trois ans. Mariée, un petit garçon de sept ans. Elle venait d’être reçue au concours de praticien hospitalier.

C’est une consœur qui a découvert son corps sans vie, au lendemain d’une nuit de travail, dans la chambre de garde. L’équipe est sous le choc. « Ça nous est tombé dessus, on n’a rien vu venir », réagit le chef de service, le Dr Christophe Kaladji. Qui avait entière confiance enSimona« Quand on préparait son dossier de PH et qu’elle me demandait ce que je pensais de son travail, je lui disais : "je me ferais endormir par toi" ».

Les blocs venaient d’augmenter leur amplitude horaire

Simona n’a pas laissé de courrier pour expliquer son geste. Une cellule de crise a été montée pour soutenir les professionnels du bloc opératoire. Difficile d’établir un lien direct avec les conditions de travail, mais un suicide sur le lieu professionnel soulève toujours cette question.
L’hôpital de Châteauroux a modifié l’organisation de ses blocs opératoires il y a quatre mois. Les vacations sont passées de 8 heures à 10 heures. Difficile à assumer, particulièrement pour les jeunes mamans. La semaine précédant son suicide, Simona avait travaillé 78 heures. « Elle a très bien pu faire un burn out », analyse posteriorile chef de service. Le suicide de leur collègue a déverrouillé la parole des professionnels du bloc. Certains ont confié prendre des anxiolytiques, les IADE et les IBODE, surtout.

« Au maximum du maximum »

Plusieurs hôpitaux ont fermé aux alentours. Le bloc de l’hôpital deChâteauroux, ouvert en 1995, peine à absorber le surplus d’activité. « On est passé de 3 ou 4 000 interventions, à 8 ou 9 000 par an. Or on a toujours les mêmes locaux. On est au maximum du maximum. Nos locaux ne sont plus adaptés. On a du travail pour dix anesthésistes-réanimateurs, or on est 8 - et maintenant 7. Le ministère de la Santé ne nous aide pas du tout à recruter », reproche le chef de l’anesthésie-réanimation.
La direction de l’hôpital de Châteauroux se dit prête à rediscuter des horaires de travail. L’établissement est en excédent financier, de 7 millions d’euros« Le bénéfice a un coût, toujours, reprend le Dr Kaladji. Dans cet hôpital, il n’y a pas de médecine du travail du tout. Nous aimerions que le CHSCT soit ouvert aux médecins, pour que nous puissions parler de prévention des risques psychosociaux ».
Le SNPHAR-E (syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi) enfonce le clou : « L’exclusion des praticiens et de leurs représentants légitimes du CHSCT n’a plus lieu d’être ». Pour le syndicat, « il est temps de repenser les organisations du travail pour les rendre plus humaines ».
Delphine Chardon